Algérie

Je suis né à Annaba de parents italiens, mais en suis parti très jeune. J’ai découvert l’Algérie à 46 ans aux côtés du plasticien Rachid Koraïchi, entraîné dans la mémoire de ses ancêtres. Dans le tombeau, à Kouinine, nous découvrîmes ébahis la salle des étendards, tissus sacrés jetés en boule depuis des décennies et entassés dans une pénombre grise. Puis, à Guemar, je vis la salle des piliers et le pyramidon qui inspirèrent l’architecture algérienne de Fernand Pouillon, l’auteur des Pierres sauvages qui éveillèrent en moi le rêve d’être bâtisseur. Enfin, je fus accueilli à Temacine au cœur de la Tidjaniya et invité à partager le rituel soufi. Deux livres témoignent de mon attachement pour ce pays noble où je retourne désormais chaque année et qui m’a également révélé la splendeur de ses sites romains