Transsibérien

Monter à bord du Transsibérien est une expérience unique. En 2010, à l’occasion de l’année Franco-Russe, j’ai pris le train à Moscou en compagnie d’écrivains français à la rencontre de lecteurs russes.

En Russie d'Europe, nous avons fait halte à Nijni-Novgorod, aux belles demeures de marchands, puis à Kazan, capitale des Tatars musulmans, d’où nous avons navigué sur la Volga en direction de l’île de Sviask. Franchi l'Oural, Ekaterinbourg nous a rappelé le destin tragique de la famille impériale. Nous avons ensuite découvert Novossibirsk et Krasnoïarsk, cités en pleine expansion ; Irkoutsk, à l'architecture traditionnelle en bois et point de départ d’une échappée sur les rives du lac Baïkal ; Oulan Oudé enfin, capitale des Bouriates et porte de l'Asie. Notre voyage a pris fin à Vladivostok, où nous nous sommes abandonnés à la magie d'un port noyé sous les brumes.