Biographie

Ferrante Ferranti

Né le 13 janvier 1960 en Algérie, d’une mère sarde et d’un père sicilien.
Il prend sa première photographie à l’âge de dix-huit ans, une vague à Belle-Ile en mer.
Passionné par le livre de Fernand Pouillon, Les pierres sauvages, il se lance dans la formation d’architecte à Toulouse, qu’il achève à Paris-UP6 en 1985 avec un diplôme sur les théâtres et la scénographie à l’époque baroque.

A l’Université d’Artois, à Arras, il a été professeur de civilisation hispanique de 2005 à 2011 et anime, depuis 2009, un cycle de conférences annuel (La Renaissance italienne, le Baroque, la Méditerranée, les Ordres religieux, les hauts-lieux du sacré, Stendhal et les villes italiennes) ; il enseigne à l’Université Catholique d’Angers depuis 2015.
Il dirige des ateliers de photographie en France (à SciencesPo Paris depuis 2014) et à l’étranger (entre autres au Guatemala en 2004, en Indonésie en 2009, à Bucarest en 2010, à Istanbul en 2017 et en Serbie depuis 2010).
En 2009-2010, il a été en Résidence au Château d’Ecouen, Musée de la Renaissance, pour une « écriture de lumière », en liaison avec des lycéens de Garges-lès-Gonesse et Sarcelles (Le Château d’Ecouen, L’Œil du photographe, RMN).

En 2012, la Réunion des Musées Nationaux lui a donné « carte blanche » pour les expositions Cima da Conegliano (Musée du Luxembourg) et Hopper (Grand Palais).
Photographe voyageur, il est engagé depuis trente cinq ans avec Dominique Fernandez dans une exploration du baroque et des différentes strates de civilisations, de la Syrie à la Bolivie en passant par la Sicile et Saint-Pétersbourg. Ses photographies dialoguent avec les textes de l’écrivain, qui le définit dans l’album Itinerrances (Actes Sud, 2013) comme « l’inventeur d’un langage qui relie le soleil aux ruines, en quête du sens caché sous les formes, qui raconte l’arrêt silencieux devant la pierre comme les dérives enchantées de l’errance ».

Ensemble ils ont publié, entre autres : Le radeau de la Gorgone (Grasset, 1988 – Editions Philippe Rey, 2017) ; La perle et le croissant (Plon/Terre Humaine, 1995) ; Séville, Palerme et la Sicile, Prague et la Bohême, Syrie, Bolivie  (Stock, 1992 à 1999) ; Le Voyage d’Italie (Plon, 1999) ; Mère Méditerranée (Grasset, 2000) ; Sicile, Naples, Sibéries et Méditerranées (Imprimerie Nationale, 2006 à 2015) ; Villa Médicis, Rome, Florence et Venise (Editions Philippe Rey, 2004 à 2018).

Il est l’auteur de Lire la photographie (éditions Bréal, 2002), de L’esprit des ruines (Éditions du Chêne, 2005) et Athos, la Sainte Montagne (Desclées de Brouwer, 2015) ; et co-auteur de Les pierres vivantesLybieLes Ancêtres liés aux étoiles, Maitres invisibles, Imaginaires des ruines, Baroque catalan, Les empreintes du sacré, Itinerrances.

Ses images ont illustré des textes de Giovanni Careri, Andrei Makine, Olivier Germain-Thomas, Patrick Straumann, Jean-Yves Leloup, Sashi Taroor ou choisis par Michael Lonsdale.
Il s’est associé au photographe Mathieu Ferrier pour L’Orient intérieur, le palais Antaki à Alep (Philippe Rey, 2008) et Le Palais Sursock à Beyrouth (Philippe Rey, 2010).

Il a réalisé des portraits d’écrivains pour l’agence Opale , et collabore avec les revues Arts Sacrés, Connaissance des Arts et Artpassions.
La Maison Européenne de la Photographie lui a consacré en 2013 sa première rétrospective, Itinerrances, reprise à la Base sous-marine de Bordeaux en 2015.
A l’automne 2017, il a exposé Les Musées de la Ville de Paris sur les grilles de l’Hôtel de Ville.

Photographe des expositions :

15 artistes italiens de Paris : Paris (Musée de la SEITA, Centre Georges Pompidou), 1992; Musée de Metz, 1993; Musée de Chambéry, 1994).

Regards sur Mansart, châteaux de Maison-Laffitte, Blois et Balleroy, 1998

Brésil Baroque, entre ciel et terre, au Petit Palais à Paris, du 2 novembre 1999 au 6 février 2000

Le bois des missions, sculptures baroques du Paraguay, à Sarrebourg, Le Mans et Lyon-Fourvière, de juin 2007 à juin 2008.

Imaginaire des ruines, hommage à Piranèse, à Bordeaux (Base sous-marine), Villeneuve sur Lot (Musée de Gajac), Arles (Chapelle du Méjan), de juin 2008 à octobre 2009.

Mont Athos, au Petit Palais à Paris, du 10 avril au 5 juillet 2009

Dieu(x), Modes d’emploi, au Petit Palais à Paris, du 23 octobre 2012 au 3 février 2013

Les Musées de la Ville de Paris, grilles de l’Hotel de Ville, Paris, 2017

Expositions personnelles

sur ses thèmes de prédilection : Baroques; Sicilitude; Ailes de lumière; Eros solaire; Itinerrances; Les Chemins du Nouveau Monde; Mémoires en ruines; Résonances

à Paris (Galerie Agathe Gaillard, Institut culturel italien), Ambronay, Arles, Bordeaux, Cannes, Menton, Montpellier, Nancy, Nice, Perpignan, Sarrebourg, Saint-Malo, Strasbourg, Tarbes, Toulouse…

dans les Galeries-Photo de la FNAC (en France, Belgique et Espagne, au Brésil),

en Italie, Espagne, Allemagne, Roumanie, Syrie, Inde, Equateur, Colombie et Bolivie,

au Portugal, au Salvador, au Brésil et au Mexique, au Japon.

à Oslo, Saint-Pétersbourg, Vilnius, Prague, Budapest, Zagreb, Alger, Tunis, Antigua (Guatemala), Panama, San Jose (Costa Rica) et Montevideo.